Le Plan Projet Pluriannuel (PPP)

Baisse des dotations, augmentation de la péréquation, capacité d’autofinancement réduit à peau de chagrin, attribution des subventions et dotations sur un mode opportuniste plutôt que planifié, tel est l’environnement dans lequel nous évoluons aujourd’hui.

Face à ce constat qui rend les outils d’hier obsolètes, afin de conserver notre qualité de vie, de continuer à valoriser notre village et à exister tout simplement, nous nous devions de nous doter d’un nouvel outil. Cet outil c’est le Plan Projet Pluriannuel, le PPP. Mais de quoi doit être composé un PPP pour réussir ?

  1. D’une réserve d’investissement (pour crédibiliser le PPP)
    1. Au budget 2016, la section investissement est dotée de 430.000€.
  2. D’une liste de projets clairement identifiés
    1. Mise en œuvre de la Vidéo-Protection ;
    2. Aménagement du Chemin de l’Ancienne Gare ;
    3. Aménagement du Terrain ROSSI ;
    4. Aménagement des Anciens Services Techniques ;
    5. Rénovation de l’Ancien Presbytère ;
    6. Classement et Restauration de l’Église ;
    7. Rénovation de la salle du conseil ;
    8. Une bibliothèque/médiathèque avec plus de services.
  3. De partenaires pour nous aider à monter les Avants Projets Sommaires
    1. Nous avons noué trois partenariats, le premier avec l’agence d’ingénierie du département, le second avec le Parc Naturel Régional et le troisième avec Rambouillet Territoires.
  4. Identifier tous les aides et financeurs possibles
    1. Europe, état, région, PNR, département, communauté d’agglomération, les agences de l’eau, économie d’énergie, . . . ;
    2. Contrat rural, triennal de voirie, DETR, réserve Parlementaire, FIPD, Dotation exceptionnel des financeurs en fonction de leur choix politique, . . . ;
  5. D’une stratégie de financement opportuniste
    1. Chaque projet du PPP doit être décrit dans un APS avec un Macro-Chiffrage ;
    2. Chaque projet est découpé en lot cohérent en fonction des possibilités de financement ;
    3. Mixer les financeurs et les aides sur un même projet ;
    4. Lancer les lots des projets en fonction des financements disponibles
      1. Ne plus courir après les financements, mais affecter des projets déjà ficelés au financement décroché ;
    5. Respecter un seuil minimum pour le financement
      1. Chaque € financé par la réserve d’investissement doit générer un € de dotation ou de subvention ;
  6. Adapter le déploiement du PPP en fonction des aides et subventions obtenues.

Après la méthode, et si nous parlions des projets ? Mise en œuvre de la Vidéo-Protection : Vidéo-Protection, ce n’est pas Vidéo-Surveillance. Installation d’un réseau de caméra à toutes les entrées/sorties du village. Extension aux deux hameaux que sont les Petits Chaillots et le Bourgneuf. Les images sont stockées un mois glissant en Mairie et elles ne sont accessibles que par les forces de l’ordre. Le projet est financé par la Commune, l’état, la préfecture de police et la réserve parlementaire de Gérard LARCHER. Aménagement du Chemin de l’Ancienne Gare : Cinq principes simples d’aménagement :

  1. Repenser une trame végétale cohérente à l’échelle du site
    1. Intégrer le site dans la trame végétale en cohérence avec le massif forestier voisin ;
  2. Créer une place d’entrée avec un traitement simple mais qualitatif
    1. Repenser l’esplanade d’entrée avec un matériau de sol cohérent avec le contexte du lieu tout en mettant en valeur la tour ronde qui marque l’angle de l’entrée du village ;
  3. Structurer le site avec un mobilier inspiré du site
    1. En référence au passé ferroviaire du site, le mobilier, les aménagements et les tracés rappelleront les ambiances des abords d’une gare du début du 20ème siècle ;
  4. Repenser la circulation et le stationnement ;
    1. Faciliter et sécuriser les déplacements doux tout en proposant une aire de stationnement pour les usagers de la salle polyvalente ;
  5. Renforcer le caractère champêtre du lieu ;
    1. Aire de pique-nique, aménagement en verger et pâture de la parcelle d’entrée, terrain de boule, . . .

Aménagement du terrain ROSSI : Valoriser l’accès à la Rabette en créant un espace de convivialité à proximité de celle-ci, incluant une liaison douce entre le Chemin sous la Ville et la rue des Anciens Béliers. Quatre principes simples d’aménagement :

  1. Remodeler les berges en restaurant une rive à pente douce pour valoriser le lavoir qui se trouve sur la berge opposée ;
  2. Border la parcelle avec des haies de petits fruits afin d’uniformiser les limites et d’apporter un intérêt comestible au site. Doubler les haies par une clôture simple en bois pour préserver l’intimité des voisins dans la partie nord de la parcelle ;
  3. Plantation d’arbres fruitiers pour être un complément au potager de l’Union ;
  4. Création d’un abri couvert, en bordure de la Rabette, desservi par la liaison douce, qui servirait de support à des informations pédagogiques ou de lieu de rendez-vous pour les passionnés de nature.

Aménagement des Anciens Services Techniques : Transformer les anciens services techniques en un espace multiservices et une plateforme multimodale. Cinq principes simples d’aménagement pour la plateforme multimodale :

  1. Création d’une aire de stationnement pour organiser le partage entre les différents modes de transport (à pied, à vélo, en auto (électrique ou pas), transport en commun, …), avec un traitement paysager très qualitatif et une gestion de l’eau exemplaire ;
  2. Aménagement d’un accès véhicule depuis la rue Guy le Rouge via le chemin de l’école et la création d’un accès piéton au droit de l’atelier 57 ;
  3. Création d’outils pédagogiques d’éducation à l’environnement : Verger, mare, potager et/ou jardin aromatique mixés avec des aires de repos, détente et pique-nique ;
  4. Création d’une aire de jeux sous le verger en privilégiant des mobiliers en bois et un revêtement au sol en copeaux ;
  5. Plantation de haies champêtres pour habiller les limites séparatives ;

La plateforme multiservices viendra s’accrocher à la plateforme multimodale dans un ensemble harmonieux. Les bâtis des anciens services techniques serviront de support à cette plateforme. Cinq principes simples d’aménagement pour la plateforme multiservices :

  1. Respecter et valoriser les bâtis existants tout en y intégrant les nouvelles technologies liées à l’économie et la production d’énergie ;
  2. Créer un aménagement des espaces et une circulation à l’intérieur des bâtiments, sur deux niveaux, facilitant la distribution, l’accès aux services et l’interconnexion entre la plateforme multimodale et la rue Guy Le Rouge ;
  3. Offrir des services innovants, liés aux nouvelles technologies de l’information, facilitant les déplacements et l’accès aux nouveaux services distants (Prévision météo, état du trafic, chaîne d’information, visio-conférence, visibilité sur l’état du réseau de transport en commun accessible depuis la plateforme multimodale, accès internet, covoiturage, espace de co-working, . . .) ;
  4. Offrir des services de proximité traditionnels (salon de détente/attente, distributeur de boisson et produits locaux, consignes, prêt de vélo électrique, . . .) ;
  5. Offrir un espace de renseignement pour les activités de détente (chemin de randonnée, circuit VTT, services sur la commune, plan, programme culturel, les visites qui valent le détour, …).

Rénovation de l’Ancien Presbytère : Restauration du bâtiment pour créer un nouvel espace pour les associations et préserver le patrimoine de la commune. Mise aux normes de l’isolation pour Pour que le bâtiment consomme moins d’énergie. Valoriser l’espace locatif. Classement et Restauration de l’Église : Pouvoir s’appuyer sur les financements publics pour entamer les grands travaux nécessaires pour conserver le monument. Parmi ceux-ci, il y la restauration du clocher, la toiture de la chapelle des princes, le portail et la porte d’accès, et les dalles funéraires. Rénovation de la salle du conseil : réfection des murs, isolation des ouvertures, mise à niveau du sol. Une bibliothèque/médiathèque avec plus de services : création d’un réseau de bibliothèque sur le territoire, spécialisation des services par la bibliothèque du réseau, aménagement d’espaces thématiques (ciné-club, ludothèque, médiathèque, salon de lecture, . . .) ; Profiter de l’aménagement des nouveaux espaces pour diminuer la facture énergétique, en améliorant l’isolation du bâtiment.

Retour haut de page